Visite d’une citronneraie à Menton

Visite d’une citronneraie à Menton
François Mazet, agrumiculteur, Menton
Rédaction Voyages-sncf.com

Ce matin, nous avons rendez-vous avec François Mazet, agrumiculteur à Menton. Dans sa citronneraie, les terrasses ensoleillées accueillent citronniers, orangers, clémentiniers, cédratiers… Nous sommes au cœur de la zone de production de l’or jaune, le citron de Menton.

L’appellation « citron de Menton »

Pour répondre à l’appellation « citron de Menton », l’agrume doit être récolté sur 5 communes des Alpes maritimes : Menton, Roquebrune-Cap-Martin, Sainte-Agnès, Castellar et Gorbio. Les arbres fruitiers doivent être situés à moins de 7 km de la mer et à moins de 400 m d’altitude. Des conditions auxquelles répondent parfaitement ce petit coin de la Riviera à proximité de la frontière italienne. « Ici, il fait beau presque tous les jours et les citronniers donnent des fruits toute l’année » nous annonce François Mazet. Moi qui croyais que le citron, comme l’orange, ne poussait qu’en hiver au moment de la fête des citrons.

Le citron de Menton à la table des chefs

François fait partie de la poignée d’irréductibles agrumiculteurs de la région. Il ne reste plus que 3 producteurs à Menton. Il y avait 100 000 citronniers au siècle dernier. Il n’y a plus que 3500 arbres aujourd’hui. La concurrence des autres pays méditerranéens, la hausse des prix des terrains expliquent en partie cette baisse de la production.

« Vous ne trouverez pas de citron de Menton sur les étals des supermarchés » nous précise-t-il. Une bonne partie de sa production (environ 12 tonnes par an) se retrouve sur les tables des chefs étoilés. Le citron de Menton est particulièrement apprécié pour ses teneurs olfactives très prononcées, son jus très parfumé, sans amertume. Pas étonnant que Ducasse ou Robuchon le mettent en bonne place dans leurs recettes…

Le citron de Menton est bio

La culture de l’agrume demande beaucoup d’entretien. Aucun engrais ni pesticide n’est utilisé. Il faut donc surveiller les arbres pour prévenir les maladies. Mon œil s’attarde sur les citrons encore accrochés aux arbres. L’un d’entre eux a la forme d’un gros piment. « Lorsque les abeilles butinent les fleurs, elles transforment la forme du futur citron. Les citrons n’ont pas besoin d’être ronds et calibrés pour être acceptés dans les cuisines des grands restaurants » nous précise François.

Lorsque le citron est mûr, il peut rester encore sur l’arbre jusqu’à expédition de la production chez le client. Cela évite d’avoir à stocker. La récolte se fait à la main afin d’éviter que le citron ne tombe et ne s’abîme. Autant de précautions qui expliquent que le citron de Menton est un petit bijou qu’il faut protéger. Depuis 2004, les membres de l’Association pour la promotion du citron de Menton (APCM) œuvrent pour la labellisation de cet agrume.

François Mazet
www.lacitronneraie.com

La Côte d'Azur

Actualités, événements, visites, sorties, balades, bons plans... Toutes nos idées pour un week-end réussi sur la Côte d'Azur !